samedi 2 septembre 2017

Rocklands, bloc trip dans le Cederberg

Coucher de soleil à Pakhuis Pass

Grimper en Afrique du Sud, à Rocklands trotte dans la tête des bloqueurs du monde entier. Ce que je retiendrai de ce massif du Cederberg c'est avant tout la beauté des lieux et les paysages somptueux.

Mais parlons d'abord grimpe et rocher, le fameux grès rouge. Je m'imaginais une sorte de Bleau à la sauce africaine, tout en douceur et rondeurs. Il s'agit en fait d'un grès certes, mais plutôt rugueux à cristaux, plus proche du granite, les doigts seront soumis à rude épreuve...


Etat des mains après 10 jours de grimpe...

Le style d'escalade est généralement très physique et surplombant, pas trop de murs dalles, la ruse et les placements en finesse ne sont pas trop utiles pour sortir les blocs et la sanction est assez rapide, on tient les prises ou pas. Pour moi l'adaptation sera assez rude...
Finalement mes plus belles réussites seront des passages comme "Zanzibar", magnifique arête à grattons et placements fins, 7b+ certainement surcotée car atypique, quelques murs-dalles,

"Stolen goods" (6c) à Sassies

"Tiger claw" (6c) à The Pass
"Bow down" (6b+) Riverside

mais aussi l'un des plus beaux 7a de Rocklands "John Denver", arche physique avec réta fin...

Zanzibar (7b+)

"Zanzibar" (7b+) à Close plateau

Fabien, plus affûté que moi et grand spécialiste des crochets de talon sera plus à son aise et réussira dès le 2ème jour "Rhino", le bloc mythique en 7b+.

"Rhino" (7b+) à Pakhuis Pass
ainsi que "Vanity" à "8 days rain", superbe proue en 7a+ à la sortie plus impressionnante que difficile mais au décollage délicat.
"Vanity" (7a+) à 8 days rain

Pour qui aime les surplombs bien physiques ou les gros dévers sur arquées assez franches mais douloureuses souvent en départs assis, c'est le paradis.

"Roof is on Fire" (6c) à Cedar Spine
"John Denver" (7a) à Kliphuis Campground

Mais Rocklands ce sont aussi des highballs impressionnants et mieux vaut alors accumuler les pads ou mieux sortir flash ou à vue, solution bien préférable pour le dos, et je sais de quoi je parle...
"La linea negra" (6b) à Sassies
essai à vue dans "Creaking Heights" (6c) à Roadside

S'il y a surtout du bien dur à Rocklands, il y a aussi des passages faciles, des voies de chauffe très sculptées qui font le bonheur des grimpeurs de 5 comme à Riverside et Close Plateau ci-dessous



"Finger wall" (6c+) à 8 days rain

Côté hébergement nous naviguerons entre "Travellers Rest" et "Storryteller". A Travellers Rest Charité dirige de main ferme l’ensemble des locations, ici un Rand est un Rand et le personnel black est à la besogne.
"Glamping" à Storryteller

Les peintures rupestres près de Travellers Rest

Mais aller en Afrique du Sud pour ne voir que Cape Town et Rocklands est dommage, c'est laisser de côté tout une partie des richesses exceptionnelles de ce pays. Sans parler des paysages et des parcs sauvages (big fives, baleines...),

Right whale à de Hoop

il est important de tenter de s'imprégner de l'histoire violente de ce pays. Penser qu'il n'y a guère plus de 20 ans, l’apartheid était encore institutionnalisée dans ce pays. Qu'en est-il aujourd'hui, les choses ont-elles vraiment changé en profondeur ?
Même en restant à Clanwilliam, on s'aperçoit que l'économie est aux mains des Afrikaners, en faisant le plein d'essence, on patiente derrière les 4*4 flanquées de leur bateau de ski nautique et quelques centaines de mètres plus loin c'est le Township et la précarité...

Clanwilliam, au fond Rocklands et ses blocs de rêve...

Pour aller à Rocklands on passe par Cape Town, une ville magnifique mais aussi assez déconnectée de la réalité de la vie en Afrique du Sud, aseptisée en fait. Muyzenberg et ses villas, ses surfeurs, Boulder's Beach et ses pingouins, tout est beau et propre dans cette péninsule du Cap.

Boulder's Beach à Simon's Town
Mais voilà, on s'éloigne un peu et c'est le township de Khayelitsha, un tout autre monde se présente à nous. L'apartheid social est bien toujours présent en Afrique du Sud, plus que jamais.

Et si vous avez du temps, Il faut aller à Johannesburg et Soweto pour avoir ne serait-ce qu'un aperçu de la vie en Afrique du Sud. La violence et la pauvreté sous-jacente sont flagrantes ici mais l'histoire est forte et marquante. C'est bien sûr assez loin de Rocklands mais je rassure les accros du gratton, là-bas aussi il y a de superbes rochers paraît-il, "Waterfall Boven" sur la route de Kruger, une bonne raison pour y retourner un jour...

TownShip de Soweto

Enfant de Soweto

Les collégiens se font photographier devant la photo hommage à H. Peterson tué lors des émeutes de 1974

Ce sera mon mot de la fin, Grimper à Rocklands est top mais si possible, aller vous balader dans le pays pour prendre conscience que derrière ces décors fantastiques de carte postale se cache une histoire explosive et passionnante.

Alors, bien plus que mes quelques réussites de blocs en 7 (peu nombreuses il est vrai...), c'est cette richesse et ces émouvantes découvertes que je retiendrai de ce superbe voyage.

samedi 25 mars 2017

Le programme Thabor !

Soleil et lune illuminent la reine Meije

Cette année les voyants n'étaient pas franchement au vert pour notre rando ski...
Après la défection de Patrick, une histoire d'anniversaire doublée d'une petite flemme, ce fut le mollet de Bernard qui se claquait six semaines avant le départ et qui récidiva ensuite afin qu'il n'y ait plus de doute possible. Quant à Christian, il acheva sa préparation par une chute sur poignet lui interdisant tout planter de bâton et dut lui aussi renoncer ...
Nous voila donc, avec Guillaume, les deux seuls survivants de la "Team historique" à laquelle viendront s'ajouter deux nouvelles recrues, grand bien nous en fit...Bienvenue donc à Daniel et Robert, l'un spécialiste du langage des signes, bien utile par grand vent et l'autre, routeur aguerri ayant glissé sa bosse sur toutes les pentes d'ici et d'ailleurs.

Guillaume ou l'art de la conversion

Finalement nous resterons sur le programme initial, petite virée autour du Thabor.
Coté enneigement, encore une année bien particulière, un hiver tardif et furtif, en cette fin de Mars on se croirait en Avril/Mai, douceur étonnante, trouver des pentes à skier allait être un peu problématique...

Elle est ou la neige elle est ou ?

Pour l'hébergement, la "crêperie Sainte Marie Madeleine" a pu accueillir ses premiers hôtes, merci à Guillaume pour cet hébergement top classe au cœur de la Grave.
Notre plus belle journée fut la montée au Thabor depuis le refuge des Drayères via le col des Muandes.

Refuge de Drayéres

col des Muandes
Jolie descente face est se terminant par quelques courbes d'anthologie ...
Sommet du Thabor

Chapelle du Thabor

Finalement on s'en tire plutôt très bien sur cette sortie, belle météo, neige encore skiable et cerise sur le gâteau, 10 cm de fraîche tombée dans la nuit pour finir en beauté notre dernière matinée. Rendez-vous est pris l'année prochaine avec une équipe au complet !


mardi 7 mars 2017

Bientôt la fin d'hiver à Bleau

"Matador" à l'Eléphant Nord,  Credit photo @BenoitFoujols

L'hiver touche à sa fin. Au bout du compte j'aurai connu des saisons bleausardes plus fructueuses mais il faut bien reconnaître qu'il fut un temps ou l'on sortait beaucoup plus en forêt, quitte à se retrouver parfois sous les toits du Calvaire..
Aujourd'hui, au moindre petit nuage menaçant, on délaisse le roc pour la résine.... et la Chouffe.
Ceci expliquant peut-être cela, il s'est passé neuf mois sans rien poster sur ce blog, ce p'tit billet va tenter de raviver la flamme.

En préambule, un grand merci aux photographes à qui j'ai emprunté quelques clichés, Greg Clouzeau et Benoit Foujols .

Parmi les bons moments de l'hiver, la redécouverte des arêtes oubliées d'Isatis. Aux manettes, l'infatigable Philippe aidé de ses compères Benoit  et Alex qui ont fait le tour du bloc du 12 bis en y brossant deux nouvelles lignes majeures, "la Reptilienne" à droite du 12 blanc et surtout "Je te veux" magnifique arête juste à droite de "Gnossienne" au pied main mémorable...

le pied main à engager dans "je te veux"

Je retiens aussi la jolie séance au 95.2 sur les numéros des circuits Rouge et Blanc dont certains que je découvre après quasiment 30 années de fréquentation de la forêt... Greg a immortalisé la séance par quelques jolis clichés comme ci-dessous Ivan dans e N° 15 Blanc, voir son site Fontainebleaupassion.blogspot.fr.

Yvan dans le 10 Blanc du 95.2 (Credit photo @greg_de_bleau)
Il n'aurait aussi été question de grimper avec Philou sans quelques séances du coté du Rempart et de la Merveille, aux "Monts&Merveilles" plus précisément. En attendant le topo prochainement remis à jour, ce fut l'occasion de répéter la "Denmattitude", joli mur un peu caché dans une fosse.
"Denmattitude" (6b) aux Monts&Merveille
La plus rude journée hivernale fut passée au Rocher Saint Germain avec Guy et Jean-Christophe, l'hiver a été bien court cette année...

Guy dans "Isa" au Rocher saint germain est

Enfin, juste avant la mousson, une belle journée à l'Eléphant nord dans les grands classiques que sont "Tour de Garde", "Christiansen", "Visage de marbre" et "Matador" avec Margot, Marine, Christophe, Guy, Geoffroy, JC et Benoit.
Christophe dans "Christiansen" 

Margot dans "Tour de garde"

Christophe et Geoffroy dans "Matador"

"Tour de garde" à l'Eléphant Nord,  Credit photo @BenoitFoujols

dimanche 17 juillet 2016

Tri Martelod, dalle de Ploum'



"Ce week-end, je suis allé au bord de la mer", pas très original me dire-vous, tous les chanceux qui ont fait ce choix peuvent se réjouir, la cote bretonne était le jackpot gagnant du week-end, sea, sun & fun bloc.
Ce qui se rapproche plus d'une obsession étrange, c'est de passer plusieurs heures sur un bout de rocher quand tout invite au farniente sur la plage...  
Ce petit caillou cible de mon acharnement est une pure dalle, Benoit et Philippe me l'avaient montrée sortant de l'eau l'année dernière. On y trouve quatre passages, pas vraiment extrêmes mais attention quand même, le 7a+ Ledenmatien n'est jamais donné !

Les 4 passages qui parcourent le bloc (Photo : P. Ledenmat)
En tous cas, on n'est pas ici dans les standards de blocs modernes à la sauce Redbull, pieds aléatoires, prises en pulpes et en ongles, juste de quoi faire rêver un grimpeur d'un autre temps.

Ce ne sont pas les rochers magnifiques qui manquent sur cette côte de granit rose, il faut quand même avouer qu'il n'est pas si facile de trouver des lignes grimpables et bien souvent quand elles le sont on tape bien vite dans le dur... Et puis mieux vaut partir à plusieurs, les parades ne sont pas inutiles, bref tout seul avec mon petit pad et mes petits bras je n'allais pas m'attaquer à la "Parabole" et autres "Silex"...(au passage, pour avoir un aperçu des ces blocs, visionnez cette vidéo).
Ma seule compagnie du week-end sera la petite hermine curieuse qui tournait en rond autour du rocher. Et oui on est bien en Bretagne, vive Fougères et Clisson !



Ces petites images permettent d'apprecier la finesse du grain de Ploum', ici la pulpe est mise à rude épreuve...
Au final après 2 heures d'effort le premier jour je viendrais à bout du 7a de "philarmonique". Le jour suivant encore 2 heures et ce sera au tour du 7a+ de "Coléoptère", l'acharnement aura payé.

"Tri Martelod" (6b) à l'île Renote

La "philharmonique" (7a)
Pour retrouver cette jolie dalle, le plan ci-dessous issu du site "Escalade 22" devrait suffire, aller sur l'Ile Renote et vous devriez trouver....